Comment bien composter

Beaucoup de matières organiques issues de la cuisine et du jardin finissent à la poubelle ou à la  déchèterie. Pourtant, ce sont de précieuses ressources qui méritent d'être valorisées sur place pour le bien-être de nos jardins, la bonne santé de nos plantes et notre confort de jardinier!

 

Qu'est-ce que le compostage?

Il s’agit d’un engrais naturel, fait maison, qui est le résultat de la décomposition de déchets organiques, principalement d’origine végétale. Il permet de valoriser les déchets organiques ou biodégradables de la cuisine, de la maison et du jardin.

Des milliards d’êtres vivants (vers, insectes, champignons, bactéries) s’associent pour manger ces matières organiques issues de nos cuisines et jardins et ils transforment ces déchets en compost, un matériau fertilisant entièrement naturel qui remplace aisément le terreau commercial. La durée pour obtenir du compost est de 8 à 12 mois en moyenne.

 

Pourquoi composter ? 

  • Pour alléger considérablement le poids de ses poubelles, il y a environ 30 % de déchets organiques dans les poubelles ( épluchures ...)
  •  Pour disposer d’un engrais naturel de qualité qui servira à fertiliser et améliorer la qualité du sol ou du terreau.

 

 

Que mettre dans mon composteur ? 

On peut composter des déchets de cuisine et de maison et de jardin. Qui se différencie par leurs composantes.

Matières humides 

riches en azote

Matières sèches 

riches en carbone

Déchets de cuisine et de maison - Épluchures de tous les fruits et légumes

- Fanes de légumes et parties non utilisées

- Restes de légumes et de fruits possibles

- Fruits et légumes abîmés

- Restes de repas

- Pain rassis coupé en morceaux

- Marc de café, filtres de café, feuilles et sachets de thé

- Coquilles d’œufs broyées

- Coques de noix, noisettes, pistaches concassées

- Essuie-tout, mouchoir en papier blanc

- Carton brun non imprimé coupé (rouleau essuie tout, boite d’œuf …)

Déchets de jardin  - Tontes de pelouse (en petites quantités)

- Mauvaises herbes non grainées

- Fleurs et plantes fanées, coupées

- Feuilles fraîches

- Fougères

- Racines mortes

- Broyat de branches

- Écorces

- Paille

- Sciure et copeaux de bois non traités

- Feuilles mortes

- Tailles de haies broyées

- Herbes sèches

 

 

Les règles d'or pour avoir un bon compost :
Mélanger les matières : 
  • 60 à 70% de déchets verts et humides, riches en azote (épluchures de fruits et légumes, tontes, restes alimentaires, etc…)
  • 30 à 40% de déchets bruns et secs, riches en carbone (branches broyées, paille, feuilles mortes et sèches)

Conseils :
Eviter les apports uniques en grandes quantités

Bien aérer le compost :

Sans air, les micro-organismes qui permettent la décomposition par compostage ne peuvent pas se développer.  À l'aide d'une fourche  ou de l'outil mélangeur il faut mélanger les nouveaux apports avec les matières plus anciennes.

Veiller à une humidité constante :

Pour savoir si le compost a un bon taux d’humidité : le test du poing

  • prenez une poignée de compost dans votre main et refermez-la en serrant
  • quand vous ouvrez la main, le compost doit rester en forme, tout en se détachant progressivement. S’il reste en bloc, c’est qu’il est trop humide. S’il ne s’agglomère pas du tout en bloc, c’est qu’il est trop sec

Conseils :
Si le compost est trop sec

=> l’arroser dans un premier temps (avec un arrosoir ou en ouvrant le couvercle lors de la prochaine pluie !)
=> apporter moins de matières sèches et plus de matières humides (épluchures)
=> déplacer le composteur dans un endroit plus ombragé ou moins venteux
Si le compost est trop humide
=> rajouter des déchets bruns et secs
Dans les 2 cas : brasser le compost permettra d’homogénéiser la matière

 

Quelques conseils pour améliorer la qualité du compost

  • Couper les fruits et légumes en morceaux pour faciliter leur décomposition
  • Fleurs fanées et plantes en pot : couper les tiges et casser la motte
  • Morceaux de pain et coquilles d’œufs : à écraser avant de les mettre au compost
  • Mauvaises herbes : à faire sécher avant
  • Sacs en papier ou en plastique biodégradable : à éviter car ils ne se dégradent pas bien - vider leur contenu dans le bac (sinon pas d’apport d’air donc pas de compostage).

 

Quand utiliser son compost ?

Au bout de 4 à 5 mois de maturation : 

À l'automne ou en début d'hiver, avant les premiers froids, épandre le compost en surface (paillis)  aux pieds des arbustes ornementaux (ou fruitiers). 

Attention ne pas enfouir, la température du compo peut être de 50-60 °C, il faut donc veiller à ne pas brûler les plants en allant trop vite. 

Épandu en surface, il protège le sol en hiver et limite l’évaporation d’eau en été. Il apporte des éléments nutritifs progressivement.

 

De 8 à 12 mois de maturation : 

Le compost mûr se caractérise par son aspect homogène de couleur sombre. Il dégage une odeur d’humus de forêt et peut être utilisé de deux manières :
- En support de culture, il contient de nombreux éléments nutritifs et améliore la qualité de la terre du jardin et des plantes en pot.

- En amendement organique, riche en oligo-élément et matières organiques, il est répandu à la surface du sol.

Vous trouverez davantage d’informations en cliquant sur ce lien :
Guide pratique du compostage et paillage  sur le site de l'Ademe.

Les commentaires sont clos.